El pou imbitieux

du  Dr. Maurice Carez

 

Ein pou vivoit heureux

Su l’tiete d’ein caffouyeux

Qui estout in sale’Tigneux

Enn n’démêloit jamais sés ch’feux.
La d’dins nie d’dinger del  l’traper

I vivoit au mitant dés crasses

Qui n’étoit même pas muché

Et comme I n’avoit nin dangi d’nappe

Toute el journey, y pouvoit chucher …

 

Ein jour, l’saltignieux esto d’allé

Vir jower al’ balle, sul l’place

No pou campé sun ‘mèche de chfeux

Ergardoit, du haut de’s katiau

Si c’est fram’rie qui gaignoit

Ou Nimy qui perdiez

 

Un diminche, sur l’place dé Mons

El mond va, vié, passe é rpasse

Ça fait qu’in voyant sul l’place

Ein masse dés geins qui s’promenoit,

Qui sul pied de l’un, l’aut’ y marchiont,

No pou s’fesoit enn’ reflexion :

tié ! qué idé qui viet dim m’boule

si j’profitois d’une pareie foule

pou layer là m’sale teigneux

et d’aller sur l’tiette d’ein vrai Mossieu

j’nai foc à faire enne engambée

Ouais, c’ess tune riche idée

Er’garde mé comme j’arois bel air

al coupette del tiétte d’un rich menheer !

j’mingerois des pommades à r’nifler

et quéque savon essprè avu enne gout’d’fleur

J’srai binaise,  que j’srai binaise !!!

No pou rêvait tout éveillé…

Bé, in vla iun avu des décorations

Ergaerdf comm isest bien relloctté

ein constum in tissu d’binche

einne canne, des escarpins noirs comme des gaillette

avisé aussi eine breloque qui peindouille…

..Cest’une affaire pour mi !!

..qui saque eine fois es’capiau buse

 éié j’li saute dessus s’tiesse…

Justemin là l’Mossieu décoré pour salué qué qu’un

Lui tire in coup d’capiau

Et no pou, avu s’résolution,

saute sul tiesse du meynheer….

« Aïe, ej’quée su un caiyau ?

Et no pou, avu s’résolution,

saute sul tiesse du meynheer….

 Aïe, ej’quée su un caiyau ?

 Et comme d’ffet c’estoit n’ caboche

Er’luisante comm’ ein sou neuf !

No pauf pou n’avoit ni vu

Que c’tiette là estou comme ein gnou

L’Mossieu, sintant qué que choos qu’i gratte

Met s’main sus cayau

Attra’pe l’pou pas s’patte

Intré ses z’onques i vos l’escouatte

Pauf pou !

Es n’ame in arrivant au paradis des puches

Trouve l’huche serrée et Saint pierre li disant

 Tant qu’el soleil luira

 Et qu’el terre s’ra ronde

C’est l’ambition qui pierdra l’monde…

 

Retour